Hyper-susceptible…

Son comportement

l’hyper-susceptible est confronté à 3 types de problèmes:
D’abord, il surveille avec anxiété son environnement, il anticipe les signaux négatifs, pour confirmer sa croyance de rejet ou la remise en question de ses capacités.
Son anxiété le pousse également à vouloir contrôler son environnement et à être rapidement frustré quand les événements ne se déroulent pas comme il l’aurait souhaité et imaginé!

Ensuite, il donne systématiquement un sens négatif aux signaux perçus alors qu’ils sont neutres ou neutres s’ils sont positifs (derrière ce sourire se cache une pointe d’ironie !).
Qu’on lui coupe la parole alors qu’il est en train d’exposer son point de vue, et voilà qu’il se tait pour marquer son mécontentement.
Que deux de ses proches rient de façon complice devant lui sans qu’il comprenne pourquoi et le voilà qui se sent agressé
Que l’on tarde à lui souhaiter sa fête, son anniversaire, à lui dire bonjour que l’on ne le félicite pas d’une promotion, d’un succès comme il l’attend et le voilà agressif ou de mauvaise humeur,
Qu’on lui réponde de façon un peu rude, et le voilà profondément offensé et pétri de ressentiment.
Les remarques que d’autres relativiseraient aisément, lui les reçoit comme un coup porté à son amour propre.

Enfin, ses réactions répétitives et rigides (attitude boudeuse, agressivité) aggravent la situation en l’isolant des autres
Son émotivité le submerge, son impulsivité aussi, et il est incapable de prendre du champ !
Ses réactions excessives, disproportionnées par rapport aux évènements, ne lui attirent ni compassion, ni indulgence de la part des autres.
Ils le trouvent ridicule, parfois vaniteux.
Ils lui en veulent de plomber l’atmosphère, d’assombrir la réunion ou la fête. Le risque, donc, est qu’il s’isole du groupe alors qu’au fond il rêve d’en faire partie voire d’en être le leader

Les Causes
L ’hyper-susceptible a très peu d’estime de soi, de confiance en soi et donc une image de soi dégradée, très négative
Dans certains cas il peut développer un caractère paranoïaque qui va entrainer le sentiment d’être persécuté par tous.
Coexistent donc de façon paradoxale un idéal du moi fort et le besoin narcissique d’être aimé et reconnu
Cet idéal du moi tyrannique lui fait considérer le moindre échec comme la menace de n’être plus bon à rien.
Paradoxalement il a même de la difficulté à accepter aussi des compliments trop directs et donc en rupture avec son image négative et cherche derrière le compliment la motivation négative en cohérence avec son image !

Nous sommes tous sensibles aux jugements et aux regards des autres. Mais le susceptible, lui, est, systématiquement, dans un système de défense, qui est beaucoup plus important que ce qu’il y a à défendre, et ses réactions « à fleur de peau » sont disproportionnées et récurrentes.

Toute l’attitude du susceptible a pour but de confirmer inconsciemment sa très mauvaise image.
Il a développé depuis son enfance un programme inconscient qui a pour but de valider voire de renforcer cette image émotionnelle négative inconsciente. Lui expliquer rationnellement ne sert à rien dans un 1er temps puisqu’il est dans l’émotionnel !

Ayant une image de soi très négative, il cherche à se rassurer dans le regard des autres par des preuves disproportionnées de confirmation de sa valeur.
Ne les ayant naturellement pas, cela lui confirme inconsciemment ce qu’il pensait de lui et il en veut aux autres de ne pas l’aider !
Emotionnellement il est le plus souvent frustré, agressif, isolé et donc en souffrance… sans oublier un fort sentiment d’infériorité ou de supériorité, ce qui revient au même. Car si vous pensez être le meilleur, tout ce qui vous rappelle que vous êtes un parmi d’autres vous fait souffrir.
Il n’arrive pas à rire de lui, il a des sentiments de honte, de culpabilité et de désir d’autopunition

Que peut faire le susceptible ?
Arrêtez d’anticiper Restez au Présent !
Cherchez de signaux négatifs c’est déjà être dans le futur et ne plus être dans le présent
Dès que vous prenez conscience de votre discours intérieur négatif, stoppez-le en revenant au Présent !

Forcez-vous à interpréter autrement la réalité, les gestes, les paroles des autres…
Ne plus minimiser, voire neutraliser les signaux positifs, amplifier leur interprétation +
En trouver d’autres
Minimiser les signaux négatifs
En cas de doute ayez le courage de poser des questions aux autres
Dialoguez et demandez des explications à la personne qui vous a fait souffrir.
Tenez-vous en aux faits :
« Que se passe-t-il exactement ? » « Pourquoi me dis-tu ça ? » « Que me reproches-tu concrètement ? »

Faites votre autoévaluation
Si votre susceptibilité vous rend la vie vraiment impossible, si votre blessure narcissique est profonde, essayez d’identifier de quoi vous vous sentez, inconsciemment, coupable et honteux et donc modifier ce programme négatif
Un chemin plus simple , développez consciemment un programme de valorisation de son estime de soi, de sa confiance en soi, d’une image globalement positive de soi c’est le principe de ma Méthode!
Ce programme développé de plus en plus consciemment va être intégré inconsciemment et remplacer progressivement le programme négatif
Listez toutes les frustrations que votre susceptibilité crée, prenez une situation répétitive que vous pouvez améliorer et décidez de changer dans cette situation

Ma méthode de gestion du stress développe rapidement vos capacités à
rester au Présent
interpréter la réalité en vous centrant sur les points positifs
avoir une image de plus en plus positive de vous-mêmes
augmenter l’estime de vous, la confiance en vous

plus de 13h de séances audio, avec une description écrite pour chaque séance, le tout pour 399 euros, avec un suivi hebdomadaire
Ce suivi , la possibilité de me poser des questions par e-mail ou tel avec une réponse garantie sous 24h va vous aider à persévérer et à REUSSIR VOTRE CHANGEMENT !

Plus tard c’est (souvent) JAMAIS

Décidez MAINTENANT!


Commandez la Méthode complète de gestion du stress à 399 Euros ! smile2

Conseils à l’entourage
Si vous êtes en couple avec une personne susceptible, si vous travaillez avec une personne susceptible ou si vous avez un susceptible dans la famille, voici quelques conseils pour les aider :

Rétablir la communication avec lui
Le repli du susceptible est une façon « inadaptée » de dire : « Je souffre car je n’ai pas été respecté ».
Rétablir la communication avec lui permet de répondre à son SOS déguisé : « Depuis tel événement tu me fais la tête, tu sembles triste et ça me fait de la peine de te voir comme ça. Es-tu d’accord pour en parler ? »
Ne faites pas semblant de ne rien remarquer, car vous confirmeriez votre interlocuteur dans sa conviction de ne pas compter à vos yeux…

N’hésitez pas à pratiquer l’autodérision.
Constater que l’on peut plaisanter sur soi et que l’on n’en meurt pas aide à relativiser les choses.
Évitez les plaisanteries sur lui qu’il pourrait prendre au premier degré. En général, il faut éviter l’humour qui risque de vexer.

Évitez certains sujets épineux si la personne semble contrariée ou mal disposée : mieux vaut remettre la discussion à plus tard.

Évitez tout jugement de valeur et faites passer émotionnellement les messages suivants :
utilisez le mot erreur et pas échec,
utilisez le mot responsable et pas coupable,
utilisez le message apprendre de ses erreurs, être indulgent aussi avec soi et pas avoir fait une faute et donc se punir

Développez davantage d’empathie

Encouragez-le à avoir une lecture des situations plus distancée, plus bienveillante de son ego.

Ma méthode de gestion du stress développe rapidement vos capacités à
rester au Présent
interpréter la réalité en vous centrant sur les points positifs
avoir une image de plus en plus positive de vous-mêmes
augmenter l’estime de vous, la confiance en vous

plus de 13h de séances audio, avec une description écrite pour chaque séance, le tout pour 399 euros, avec un suivi hebdomadaire
Ce suivi , la possibilité de me poser des questions par e-mail ou tel avec une réponse garantiesous 24h va vous aider à persévérer et à REUSSIR VOTRE CHANGEMENT !

Plus tard c’est (souvent) JAMAIS

Décidez MAINTENANT!


Commandez la Méthode complète de gestion du stress à 399 Euros ! smile2

Mon interprétation des 4 accords Toltèques

Les 4 accords Toltèques : 
Être impeccable avec nos paroles
Ne pas prendre les choses de manière personnelle
Ne pas faire de suppositions
Toujours faire de son mieux

Mon interprétation
Être impeccable avec nos paroles
Il ne s’agit pas d’être gentil ou…méchant
Par paroles il faut comprendre celles que l’on dit et celles que l’on pense (se dit), consciemment ou moins consciemment
Apprenez à vous écouter, à ce que vous vous dites face à une situation et à bien identifier s’il ne s‘agit pas d’un programme enclenché par votre inconscient…
La réalité totale n’existe pas, nos sens nous obligent à sélectionner certains éléments plutôt que d’autres, nos émotions, nos croyances aussi
L’inconscient a tendance à sélectionner dans une nouvelle situation les éléments qui ressemblent à une situation déjà vécue.
En exagérant si nous avons eu des problèmes avec 2 personnes de petite taille, il se pourrait que face à une nouvelle personne ayant une petite taille nous anticipions un problème, ce qui formate la communication pour réaliser le problème et confirmer notre croyance !
Sauf si nous avons conscience de ce que nous nous disons et rectifions notre dialogue intérieur en prenant du recul par rapport à notre passé, en restant dans le présent et en nous focalisant sur les éléments positifs de la communication, et donc en étant impeccable avec nos paroles « intérieures » « dirigées » sur l’autre…
Soyez aussi vigilant avec vos paroles « intérieures » « dirigées » sur vous…faites le ménage en éliminant tout jugement négatif sur votre valeur, vos capacités…et celles de l’autre !Plus vous serez Impeccable dans vos paroles intérieures, plus vous le serez dans vos paroles extérieures
Les mots + l’émotion c’est de l’énergie négative ou positive, ils peuvent dynamiser la vie ou la tuer
Ma méthode de gestion du stress développe rapidement vos capacités à rester au Présent, à interpréter la réalité en vous centrant sur les points positifs et à augmenter l’écoute de votre dialogue intérieur…plus de 13h de séances audio, avec une description écrite pour chaque séance, le tout pour 399 euros, avec un suivi hebdomadaire

Plus tard c’est (souvent) JAMAIS

Décidez MAINTENANT!


Commandez la Méthode complète de gestion du stress à 399 Euros ! smile2

Ne pas prendre les choses de manière personnelle
Vous avez compris que souvent, très souvent surtout dans des situations de stress nous réagissons de manière stéréotypée, l’autre aussi !
Ex : Vous êtes agressé verbalement par un autre sans raison apparente
Il est vraisemblable que l’autre a réactivé un programme d’expériences anciennes négatives en ne sélectionnant dans cette nouvelle situation que les éléments de ressemblance avec son passé et en éliminant les éléments nouveaux positifs
Autrement dit, si quelqu’un d’autre vous ressemblant avait été dans la même situation, l’autre aurait eu le même comportement agressif
Il ne vous vise donc pas personnellement, il n’agit pas mais ré-agit de manière automatique et inconsciente, contrairement au pervers qui lui le fait consciemment et en retire du plaisir
Le programme (inconscient ou pré-conscient) a pour but de se renforcer en produisant le même résultat
Si vous en êtes conscient, vous serez d’autant plus calme pour répondre à celui qui « vous » agresse
Naturellement, ces réactions automatiques vous concernent aussi, elles sont alimentées par le passé, plus vous restez dans le présent moins vous en avez…
Ma méthode de gestion du stress développe rapidement vos capacités à rester au Présent, à éviter les jugements de valeur sur vous-mêmes et les autres, à être plus conscient des programmes négatifs que vous mettez en œuvre puis à les diminuer et les supprimer, à garder la « bonne » distance par rapport à une situation stressante pour garder votre calme et réagir efficacement

Commandez la Méthode complète de gestion du stress à 399 Euros ! smile2

Ne pas faire de suppositions
Quand vous faites une supposition
vis-à-vis du comportement de l’autre (il a volontairement oublié de me dire bonjour, de fêter mon anniversaire…) vérifiez en lui posant la question calmement par ex « est-ce que tu n’aurais pas oublié de… » et écoutez bien sa réponse, il y a de fortes probabilités que l’autre vous donne une réponse basique et authentique très différente de votre supposition…« excuses-moi ce jour là j’avais un gros problème etc… »
Si vous ne confrontez pas votre supposition à la réalité elle va se renforcer et se transformer en programme vis-à-vis de cette personne « c’est un égoïste, une personne pas fiable… » donc un jugement de valeur négatif sur cette personne que vous allez essayer de confirmer à chaque rencontre en développant avec elle une communication négative
N’acceptez d’ailleurs jamais de jugements de valeur négatifs d’un autre, à chaque fois précisez que vous n’avez pas à être jugé, forcez l’autre à être factuel « c’était dans quelle situation, qu’est-ce qui t’as gêné, vexé… »
Ma méthode de gestion du stress développe rapidement vos capacités à rester au Présent, à éviter les jugements de valeur sur vous-mêmes et les autres, à développer le respect de vous-mêmes et des autres par une communication authentique qui évite les sous-entendus, les malentendus…

Toujours faire de son mieux
Ne visez pas la perfection qui n’existe pas…ni pour ce que vous faites, ni pour ce que les autres font, vous vous éviterez bien des frustrations !
Mais soyez vigilant pour ne pas reproduire les mêmes erreurs, restez à votre écoute, au Présent
Soyez aussi indulgent avec vous-mêmes en cas d’erreur et …avec les autres
Faites bien la différence entre être coupable de ses échecs et être responsable de ses erreurs !
Etre coupable de ses échecs
Sauf volonté délibérée de nuire, vous n’êtes pas coupable de vos actes.
La culpabilité sous-entend jugement de la personne, châtiment…
Si inconsciemment vous vous sentez coupable, vous allez développer un programme pour vous punir et détériorer un peu plus l’estime de vous-mêmes
De fait vous n’êtes pas coupable de vos échecs mais responsable de vos erreurs
Responsable, car vous êtes l’acteur de vos actes et en définitive le seul légitime à la fin pour évaluer (et pas juger) si votre action a été une erreur ou une réussite
Si vous évaluez votre action comme étant une erreur, vous avez fait de votre mieux mais vous avez la responsabilité d’en tirer des leçons pour ne pas la reproduire et de vous féliciter d’avoir au moins agi…
Si vous évaluez votre action comme étant un succès, vous avez fait de votre mieux et vous avez la responsabilité d’en tirer des leçons pour l’amplifier et le renouveler et vous féliciter de ce succès !
Ma méthode de gestion du stress développe rapidement vos capacités à considérer vos actions et celles des autres comme positives ou à améliorer.
Par la visualisation vous allez aussi enclencher de plus en plus rapidement un processus de réussite des objectifs que vous avez choisis. (pour commander la Méthode)

Commandez la Méthode complète de gestion du stress à 399 Euros ! smile2

Dépasser ses peurs

Dépasser ses peurs

La peur est essentielle à la survie mais si elle se dérègle…

La peur est essentielle à la survie, elle nous permet de réagir à un danger menaçant notre vie que ce soit un incendie, l’agression d’un animal, d’un autre individu….
Nous réagissons par l’attaque défaitiste, la fuite, l’immobilisme..
L’humain est ainsi naturellement prédisposé à redouter le noir, le vide, le froid ou la chaleur excessifs, l’eau, la foudre, les animaux féroces, les individus « louches », les endroits clos…
Mais comme toute émotion, si elle se dérègle elle entraîne des paniques non justifiées par un danger réel et l’individu développe des phobies: la peur du noir, la peur de la foule, d’être seul…
L’individu va alors structurer sa vie sociale en fonction de ces phobies en la limitant pour éviter les situations qu’il redoute.
Cette appréhension inconsciente de la réalité fait de l’individu un véritable handicapé social, confiné dans un espace social rétréci.

Des réponses…

Les tentatives d’explications et de réponses ont été longtemps exclusivement le domaine de la psychanalyse.
Elle a expliqué ces phobies par un refoulement de pulsions sexuelles ou agressives inacceptables pour l’individu en pariant sur le fait que l’explication centrée sur la passé apporte la guérison…
La psychanalyse demande du temps (plusieurs mois, plusieurs années) en cherchant à identifier les causes de la phobie dans le passé et notamment la petite enfance et en cherchant à ramener au conscient du patient ce qui a pu déclencher cette phobie.

Bien identifier la cause (les causes) dans le passé est problématique et risqué (on peut faire remonter d’autres angoisses bien compensées) et en quoi le fait de connaître la cause (si c’est possible ?) qui remonte à la petite enfance va entraîner une modification de la manière d’appréhender sa réalité à l’âge adulte !
Le lien identification de la cause à l’âge infantile et de la modification de sa réalité à l’âge adulte est loin d’être évident !

Prisonnier de ses phobies, (voir aussi l’auto-sabotage et la méthode) l’individu vit une vie étriquée, en gâchant des occasions d’épanouissement : il refuse un rv avec un partenaire qui lui plaît par peur d’être ridicule, une promotion par peur de pas être à la hauteur, d’essayer un sport avec des amis comme le ski par peur du vide…pour finalement survivre au lieu de vivre et essayer d’oublier cette situation par l’alcool, les drogues, l’hyperactivité…
Or la peur excessive est un dérèglement comme l’est n’importe quelle maladie classique, elle est donc soignable au même titre qu’une angine.
On n’est pas coupable d’avoir ces phobies comme on n’est pas coupable d’avoir une angine, mais on est responsable de prendre les moyens de les soigner.

Aujourd’hui, il existe une autre manière de « traiter » ces phobies: la thérapie comportementale et cognitive

Celui qui a conscience de se « pourrir » la vie à cause de sa (ses) peur(s), au point de laisser monter une colère contre cette peur qui le limite, va pouvoir s’en libérer grâce à .
la thérapie comportementale et cognitive
Dans la thérapie comportementale et cognitive l’action va être centrée sur les croyances actuelles de la personne (ici et maintenant) qui construisent sa peur sans en chercher les causes, sur sa conscience concrétement de ce qu’elle redoute et pour quoi et non pourquoi.(Voir 

Tant que le danger reste flou, il paraît insurmontable
La 1ere étape c’est d’écrire avec objectivité et précision la situation anxiogène
Que ressent-on quand on y pense ou qu’on l’appréhende? :
corporellement : sueurs, accélérations du cœur, dos bloqué, respiration courte…(
voir le stress et le corps)
émotionnellement : peur, honte, culpabilité…
Que se dit-on : comment s’y échapper, t’as pas honte, c’est plus fort que moi…
Quels comportements je mets en place : je m’éloigne physiquement, émotionnellement par l’alcool, les drogues…
Que ressent-on corporellement, émotionnellement quand on y est confronté malgré nos efforts de l’éviter, qu’est-ce qu’on se dit, quels comportements
Que ressent-on corporellement, émotionnellement, quels comportements je mets en place après la situation. Certainement un soulagement momentané mais aussi des tensions corporelles importantes suite au stress, un renforcement de sa honte, de sa décision à éviter dans l’avenir cette situation…avec dans l’avenir une énergie colossale à éviter les situations anxiogènes à faire bonne figure vis-à-vis des autres…

La 1ere étape c’est donc d’exprimer concrètement la situation phobique et ses effets sur nous, en se demandant aussi si c’est toujours, souvent, parfois.
Cà permet de l’objectiver, de prendre du recul de vérifier si on est seul ou pas à ressentir ce type de peur, de se demander aussi « et si je devais y faire face au pire qu’est qui m’arriverait », donc de dédramatiser.
Avec des questions complémentaires par rapport à la situation angoissante du type :
Quelle est la probabilité que çà arrive ?
Qu’est ce qui se cache derrière je ne suis pas capable d’y faire face ? Quelle croyances ? Je n’ai pas le droit de réussir.., les moyens…

Les croyances erronées souvent inconscientes identifiées, on va pouvoir agir sur elles et s’’exposer, petit à petit
Récolter le maximum d’informations
Par ex peur de la noyade en piscine :
combien de noyés par an (faible), dans des conditions similaires à ce que je pense (encore plus faible…)
Mais rassurer la partie rationnelle du cerveau ne suffira pas car c’est dans la partie inconsciente que se niche la peur.

Il faut s’exercer à se confronter à cette peur en ayant bien intégré toutes ses conséquences négatives et la pression gratuite et débilisante qu’on se crée
Par ex se mettre à l’eau avec le maximum de sécurité :
1 cours de natation, moniteur, bouée, peu de monde, proche du bord
2 cours de natation, moniteur, bouée ½ gonflée, peu de monde, un peu moins proche du bord etc…

L’exposition à chaque situation doit être suffisamment prolongée (trente à quarante-cinq minutes) pour ressentir la peur arriver, monter puis descendre comme une vague en évitant au moment de la montée de fuir ou d’enclencher son comportement habituel phobique

Il faut aussi se féliciter à chaque tentative, ne pas se culpabiliser si difficultés…La difficulté existe parce que notre motivation à agir est forte et se traduit en actes ! (voir Méthode)
Pour éviter d’en rajouter en se mettant dans une situation trop forte pour y faire face, il est préférable d’être suivi par un praticien en thérapie comportementale et /ou d’être guidé et structuré par une méthode de gestion du stress efficace !

Plus tard c’est (souvent) JAMAIS

Décidez MAINTENANT!

Garantie satisfait ou remboursé: Si après avoir suivi cette méthode durant 1 mois vous ne constatez aucun changement positif vous serez remboursé intégralement suite à votre demande par e-mail

Maintenant c’est à vous de décider !
Vous voulez réfléchir, réfléchissez…mais attention c’est aussi un moyen pour encore ne rien changer !!!
Vous êtes décidé, vous avez vraiment envie de changer alors
Commandez la Méthode complète de gestion du stress à 399 Euros ! smile2

A la fin de la méthode, votre peur sera toujours présente mais à un niveau correspondant à la réalité la plus probable. Si vous aviez peur de l’eau, vous ne serez peut-être pas prêt(e) pour faire de la plongée en eaux profondes mais vous serez capable de nager avec plaisir seul ou avec des amis ….!